Call of Duty revisite mes cours d’histoire dont je suis le héros

22 02 2011

Quelle claque ! J’ai fini le jeu Call of Duty, Black Ops. Cela faisait un petit moment que j’étais dessus, mais j’avais laissé un peu la manette de côté ces derniers jours. Alors quel bilan ? Oui, Call of Duty est un carton, qui déchire toutes les statistiques puisqu’il est à ce jour le bien culturel qui a généré le plus de chiffre d’affaires de toute l’histoire. Mickaël Jackson et son album Bad, ou encore Avatar de James Cameron, tous peuvent se rhabiller. Mais ce que j’ai aimé, outre l’intensité incroyable de ce jeu de guerre, c’est l’effort historique du scénario.

Bon, entendons-nous bien. Call of Duty Black Ops ne sera pas nominé aux oscars niveau scénario, mais cet opus a le mérite de sortir de la sacro-sainte Seconde Guerre mondiale. Cette fois, l’ambiance est plus sombre (d’où Black Ops). Le jeu a pour cadre les opérations militaires pas vraiment avouables (voire carrément clandestines) menées lors de la Guerre froide. Cela m’a rappelé mes cours d’histoire. La baie des cochons à Cuba, Kennedy, le Vietnam en 1963, les recherches scientifiques russes… Rien de très original mais cela a le mérite de nous faire voyager.

Côté scénario, on incarne Alex Mason. Au passage, la voix ‘ricaine est celle de Sam Worthington (Avatar, Terminator Renaissance, Le choc des Titans…), excusez du peu).

Notre ami bidasse américain est envoyé à droite à gauche pour mener différentes missions très musclées, de la Russie à Cuba en passant par le Vietnam. Seulement voilà, sans spoiler quoi que ce soit, Mason est un peu ballotté d’un camp à l’autre et ne se rend pas toujours compte qu’il a été manipulé pour buter le président Kennedy. Finalement, Osvald s’en chargera.

Revenons au jeu. Le scénario change un peu, vous l’avez compris, mais il reste un prétexte à un jeu de guerre absolument incroyable de réalisme et d’intensité. Les séquences scénaristiques sont parfois confuses mais on est vite immergé dans l’ambiance des années 1960. Tout cela est bien sûr très manichéen, avec d’un côté les méchants communistes et de l’autre les gentils occidentaux. Un peu comme il y avait les vilains Nazis dans les opus précédents. Rien de neuf, mais niveau ambiance sixties, on y est. Surtout quand les Rolling Stones se mettent à chanter quand vous débarquez au Vietnam, avec les hélicos qui passent au-dessus de vous.

Boom le bungalow

Des séquences incroyables suivent alors, avec du soldat vietnamien en veux-tu en voilà. Des moments épiques, fantastiques, hallucinants de réalisme. Comme cette infiltration dans des bungalows vietnamiens, qu’il faut dynamiter, dans le silence absolu. Les couteaux  sont de sortie, les ennemis dorment, il faut les zigouiller sans se faire repérer. Du grand art, très immersif, avec de superbes ralentis et une qualité graphique vraiment intéressante.

En revanche, certains passages sont plus anecdotiques, moins variés, comme lors de la campagne de Sibérie, à bord d’un bateau bourré de substances toxiques mortelles. Cela avait moins d’intérêt, peut-être, c’était un peu moins soigné. Il faut dire qu’il est difficile d’être brillant tout au long d’un jeu d’action aussi soutenu.

Des phases d'arrosage en hélico. Sympa.

Mais côté action, on est servi ! Lors des différentes phases du jeu, on en prend plein la tronche. Explosions tous azimuts, assauts épiques, phases de tirs intenses, bande son aux petits oignons, on sent que tout a été parfaitement calibré pour satisfaire nos instincts primaires. Y compris les moments plus calmes lorsqu’il faut aider ses troupes au sol en les guidant, ou les moments où l’on pilote un hélico pour arroser la pampa vietnamienne.  A chaque fois, le jeu s’arrange pour être très immersif. On entend les balles filer au-dessus de sa tête, on se surprend à s’accroupir au sol (j’exagère un peu), bref on est bien dedans. Les armes sont nombreuses, on peut dézinguer des hélicos en vol, jouer avec les décors. La prouesse est là. Difficile de reprendre une activité normale après…

Ma note : 18/20.

Publicités

Actions

Information

One response

1 09 2015
alexxcl

Coucou,
Je trouve que Call Of Duty est un jeu vidéo vraiment dynamique proposant beaucoup d’actions. Les joueurs n’ont donc aucune chance de s’endormir. De plus, Activision a vraiment tout mis en œuvre pour nous offrir un graphisme fabuleux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :