Les attentats d’Oslo, c’est la faute… aux jeux vidéo violents. Elémentaire, mon cher Breivik

27 07 2011

Il aura suffi de découvrir que l’auteur présumé des attentats de Norvège jouait à World of Warcraft (jeu de rôle en ligne massivement multijoueurs) pour rallumer la flamme. « 2011 et on en est encore à avoir des débats sur les jeux vidéo et la violence. » tweete mon ami et confrère @FrançoisLeger, après qu’une twitteuse (@LaLangelliere pour ne pas la citer) lâche un radical et péremptoire « Je suis seulement CONTRE les jeux de guerres, de massacres et de tueries. Après réel = virtuel. » Et bien oui François Léger, on en est encore là, et ce n’est pas prêt de changer. Le jeu vidéo a toujours mauvaise presse. Principalement parce que le rejet du jeu vidéo violent repose avant tout sur une méconnaissance complète des mécanismes mentaux du joueur. Mais surtout parce que c’est commode de trouver un alibi tout cuit quand notre société ne parvient pas à expliquer l’inexplicable horreur d’un geste barbare.

Lire la suite »





Ta mère déteste… La campagne pub osée de Dead Space 2

25 01 2011

C’est un peu le reboot de la publicité faite autour du film Paranormal Activity. Vous savez, cette daube en boîte d’une heure et demie sur les fantômes qui ne mérite un coup d’oeil que pour les 27 dernières secondes ? Pour le lancement du film au budget lilliputien, on jouait sur la terreur suggérée aux spectateurs dans la salle de ciné. Et madame qui chiale, et monsieur qui se cache dans sa veste… Bref, de quoi appâter le chaland.

Et bien figurez-vous que le jeu vidéo s’y met ! Dead Space 2 propose des vidéos de lancement sur le thème suivant : « Ta mère déteste Dead Space 2 ». Décryptage.

Lire la suite »





Les jeux vidéo, ce mal absolu…

2 03 2010

Dans les années 1990, les bien-penseurs prédisaient le déclin et même la mort des jeux vidéo. Trop abrutissants, trop débiles, trop violents, trop révolutionnaires, en fait. Aujourd’hui, ils sont encore nombreux à vouloir voir crever Mario, Ezio Auditore (Assassin’s Creed) et leurs congénères qui évoluent sous nos doigts.

Lire la suite »